Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • I wish I was a comet to crash at your feet...

     

    tumblr_lez0h13mDh1qbo7n1o1_500.jpg

    A bien y réfléchir, j'ai changé en un an et des poussières. C'est peut-être pas grand chose. C'est juste que je suis devenue plus...féminine. Je me sens désormais bien mieux en jupe ou en robe, et je ne porte presque plus que ça. Je prends plaisir à faire les magasins. Je me suis même un peu trop lâchée sur les soldes, avouons-le. Mais bon, j'avais aussi besoin de me faire plaisir. Mon mois de janvier, ou l'histoire de comment compenser une déception par des achats. Hier, par exemple, j'ai craqué (mais alors de façon très raisonnable) pour une nouvelle paire de bottes (mon péché mignon je crois bien). Mais à 10 euros, j'aurais été vraiment bête de les laisser filer... non ?! Autre exemple, je n'aurais jamais osé avant, mais voilà que de jolis reflets cuivrés ornent mes cheveux depuis quelques semaines. C'est peut-être rien, mais c'est déjà quelque chose.

     

    Et pour sortir du train-train un peu ronronnant boulot / voiture / copies / cours / maison, je m'offre des petits plaisirs.

    ¤ des places de concert pour AaRON en mars (x2) et Angus & Julia Stone en avril.

    ¤ cette idée lancée comme ça, et que j'ai très envie de concrétiser : une escapade parisienne un samedi par mois, histoire de se balader, de boire un café, d'aller voir une expo' ou de faire les magasins...

    ¤ réfléchir très très sérieusement à cinq jours à Londres en avril.

    ¤ prendre des places pour Roland-Garros dès l'ouverture de la billeterie...

    ¤ s'offrir tous les vendredis une balade, un ciné' histoire de profiter au mieux de cette journée "off".

    ¤ sur l'idée de Shopgirl, un achat de "pépéte" au supermarché : le dvd de In the air la semaine dernière (ah George), une jolie paire de collants fantaisie cette semaine...

    Et savourer le sentiment du devoir accompli (comprendre, j'ai enfin fini de corriger mes bac blanc) avec le soleil et une jolie chanson...


    podcast

  • Erase / Rewind (one more time)

     

    Addiction___by_shantaycinnamon.jpg

    Voilà, l'aventure Wordpress n'aura duré que quelques deux ou trois petits mois. Hautetfort me manquait, c'est peut-être bête, mais je n'ai jamais réussi à me sentir vraiment chez moi là bas. J'ai donc passé quelques heures à tout rapatrier, à bidouiller le design (et encore, je n'ai pas fini) et me revoilà "chez moi"...

    ... et j'ai bien conscience qu'une note un peu plus longue et consistante s'impose. Sauf que là, j'ai des copies de bac blanc qui m'attendent (ô joie...). Je vous laisse donc avec cette vidéo trouvée hier. Quand Sara Bareilles rencontre Coldplay, ça donne ça et moi, ça me donne des frissons.

  • Erase / Rewind

    Rassurez-vous, ça va. Je ne me suis pas noyée sous un tas de larmes ni mis la tête dans le four par dépit, je survis. Il fallait juste que je couche tout ça par écrit. Je vais déjà mieux. Fin de l’histoire, tant pis.

    Donc, je disais, ça va. Enfin, si on met de côté la fatigue et le rhume. « Mme, vous avez l’air fatiguée aujourd’hui » a été la phrase de mercredi / jeudi. Et j’ai fini la semaine par faire cours assise 90% du temps, ce qui, quand on me connaît, est exceptionnel…! J’ai beaucoup de boulot mais j’ai même eu le temps de faire les soldes. En deux fois. Mercredi soir d’abord. Mais j’ai vite renoncé après m’être pris un coup de coude dans les côtes par une bonne femme qui m’a ensuite fusillé du regard. Enfin, j’ai quand même acheté…de la lingerie. On ne sait jamais, et ça fait toujours plaisir. Et j’ai refait le plein de petits hauts ce matin. Et je n’ai pas craqué pour une robe et/ou une jupe, je ne sais pas bien ce qui m’arrive en fait.

    Si j’arrive à moins penser à TC (hum hum), c’est aussi surtout parce que j’ai plein de boulot. J’ai enfin (joie et allégresse) fini de corriger mes 45 dossiers (entre 10 et 15 pages chacun…) de mes chers Terminales. Ok, j’ai récupéré les bac blancs. Mais quand même, je savoure.

     

    tumblr_left08Nz2j1qf8yek.gif

    (oui j’ai pas résisté) (désolée)

     

    Hier soir, je suis allée à la « soirée de gala » de mon Lycée où l’on remet les diplômes aux élèves. Les titulaires d’une mention ont même le plaisir de monter sur l’estrade. Bon, pas de discours de major de promo’ (non non, je ne suis pas influencée par les séries américaines), mais une soirée à thème. Hier, c’était « la gastronomie remonte le temps ». Profs de cuisine / service et les élèves qui servaient étaient déguisés : égyptiens, Moyen-Age, cour de Louis XIV et autres hommes préhistoriques ont donc côtoyé les années 1900. C’était vraiment une soirée sympa. Revoir les anciens élèves, même si beaucoup sont encore au Lycée pour leur BTS, et discuter avec eux, les buffets, les déguisements. Et pour une fois qu’on valorise un peu plus l’obtention du diplôme. Bon, j’avoue en revanche avoir fui peu après le début de la partie « dansante » de la soirée. Surtout que certains m’avaient déjà dit « Mme, ce soir, on danse ensemble » !

    Le problème quand on délaisse son blog plusieurs jours de suite, c’est qu’on a à la fois tout et rien à raconter. Et qu’on ne sait pas comment le dire, à part très mal.

    Mais que le mois de janvier me paraît interminable…

  • I'll take the wind for company...

    …because you and me will never be one.

    broken_heart_by_Oldboy1985.jpg

    Il a joué. J’ai perdu. Il a ouvert une porte, pour la refermer presque aussitôt. Trop tard. Les sentiments que je maintenais bien enfermés se sont engouffrés. Il y a même des moments où j’ai voulu y croire. Croire qu’il pourrait être à moi, qu’il pourrait la quitter pour moi. Et puis, sans que je comprenne vraiment quoi que soit, il a renfermé la porte. Je ne peux pas t’offrir grand chose, je ne veux pas que tu souffres. C’est trop tard. C’est pas juste, c’est pas honnête, mais c’est comme ça. Je vais m’en remettre. Il va juste me falloir un petit peu de temps.

    Je crois que je ne comprendrais jamais vraiment totalement ce qui s’est passé.